Alain Law Min : « La MCB compte consolider son statut de banque forte et resiliente »

Alain Law Min : « La MCB compte consolider son statut de banque forte et resiliente »

Alain Law Min, CEO de MCB Ltd, explique, dans un entretien accordé à Jeune Afrique, que la MCB compte consolider son statut de banque forte et résiliente.

La MCB a été désignée à plusieurs reprises, meilleure banque du continent (et elle est la banque la mieux notée d’Afrique), quelles en sont les raisons pour vous ?

En effet, en juillet 2019, Moody's Investors Service a amélioré la notation de la MCB Ltd qui est passée de Baa3 à Baa2, faisant de nous la banque commerciale la mieux notée d’Afrique par Moody’s. Cette hausse a été soutenue par notre modèle de gestion solide et notre stratégie d'expansion disciplinée. L'agence de notation a mis en exergue les améliorations de nos mesures de rentabilité et de la qualité des actifs, ainsi que notre niveau élevé de liquidité et capitalisation solide.

De manière générale, les distinctions que nous avons obtenues sont l'aboutissement de décennies d'initiatives stratégiques prises pour diversifier et élargir notre base de revenus, tout en renforçant nos fondamentaux et notre solidité financière, grâce à une amélioration continue de notre gestion des risques, notre contrôle interne et notre cadre de conformité régulatrice. En sus de consolider notre position de leader sur tous les segments à Maurice, nous avons exploité des voies jugées intéressantes pour poursuivre notre programme de diversification de nos marchés régionaux. Conformément à notre stratégie visant à étendre nos frontières, notre part de revenus d'origine étrangère a atteint 63 % l'an dernier.

L'un des principaux moteurs de notre croissance internationale concerne notre implication accrue dans le financement autour de l’Energie et les Matières Premières (E&C). Tout en consolidant nos activités de financement structuré du commerce des matières premières, nous avons aussi effectué des progrès au niveau des financements à moyen terme sur la chaîne de valeur des produits pétroliers (upstream business). Nous avons aussi élargi et diversifié notre portefeuille de financements structurés, en finançant des projets de développement dans des secteurs spécifiques sur le continent africain.

Dans le but de soutenir nos stratégies commerciales au niveau local et à l'étranger, nous avons encore amélioré nos offres-clients, tout en proposant des expériences digitales innovantes qui sont mieux adaptées aux aspirations et au mode de vie de nos clients. Nous nous sommes dotés de moyens qui favorisent une croissance équilibrée et disciplinée, tout en alignant notre modèle opérationnel à nos aspirations commerciales. Nous demeurons également déterminés à permettre à nos employés de travailler au mieux de leur capacité, tout en améliorant leurs compétences et leur engagement à soutenir le développement pérenne de la Banque.

En-dehors du coronavirus, quels sont les éléments qui ont conduit à l’abaissement de cette évaluation ? Et comment la MCB compte y répondre ?

Tout d'abord, il convient de souligner que les notations de la MCB n'ont pas, en soi, été revues ou diminuées dans le sillage de la pandémie. En fait, les agences ont confirmé nos notations, qui demeurent dans la catégorie « investment grade », grâce à nos fondamentaux sains, notre modèle opérationnel solide, la qualité de notre gestion, une gestion adéquate des risques ainsi que nos paramètres financiers généralement résilients à l'approche de la crise.

Cela dit, la perspective de notation de la MCB a été revue de stable à négative par Moody’s en avril 2020, suite à la perspective négative attribuée à la notation à long terme Baa1 du gouvernement mauricien. Selon l'agence, les perturbations économiques à Maurice et dans la région auraient un impact négatif sur la qualité des actifs et la rentabilité des banques, tout en créant des risques de refinancement et de liquidité. En mai 2020, Fitch Ratings a pris une décision similaire, citant l’impact de la pandémie sur l’environnement opérationnel de la MCB et des risques de baisse de notre profil financier.

Il est important de souligner que ces décisions de notation ne reflètent aucune faiblesse inhérente à notre modèle opérationnel ou à notre profil de crédit. Au contraire, ils reflètent un phénomène mondial de grande envergure, selon lequel de nombreuses banques à travers différentes juridictions subissent, presque inévitablement, une évaluation défavorable par les agences de notation en raison des retombées néfastes de la pandémie du coronavirus sur les conditions économiques et celles du marché. Les derniers chiffres de Fitch Ratings indiquent que les notations de crédit d'environ 450 banques faisant partie de l’écosystème des notations de l'agence, ont, jusqu’à présent, fait l'objet d'une rétrogradation ou d'une action négative liée au coronavirus.

A l’avenir, la MCB compte consolider son statut de banque forte et résiliente. Tout en renforçant notre dispositif de gestion des risques et notre vigilance sur le marché, nous prenons des mesures rapides et proactives pour atténuer l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur les activités de nos clients, avec la mise en place des plans de soutien de l’état. Nous mettons également tout en œuvre pour préserver la stabilité et la solidité de nos expositions, tout en nous efforçant d’assurer une position de liquidités adéquate et de préserver les ressources de financement nécessaires en devises locales et étrangères.

Même si l’influence de l’ampleur et de la durée des turbulences économiques associées à la pandémie sur le marché restent incertaine, nous sommes convaincus que nous pourrons rétablir notre performance financière, ce qui devrait rassurer davantage les agences de notation en ce qu’il s’agit de la solidité de notre profil de crédit.

La MCB a récemment levé des fonds auprès de Mitsubishi dans le cadre d’un prêt syndiqué. Est-ce le nouveau modèle de fonctionnement de la MCB pour modifier son portefeuille et ses sources de financement ?

Alors que nous poursuivons nos efforts afin de mobiliser des dépôts en devises étrangères comme une source de financement relativement stable, nous sommes déterminés à optimiser et à diversifier davantage notre profil de financement. Parallèlement à l'examen minutieux de l'évolution du marché, nous nous engageons à entrer dans des marchés internationaux si nécessaire. Nous capitalisons sur nos expériences techniques et sur nos relations développées avec les institutions financières et les banques. En clair, nous concentrons aujourd’hui nos efforts stratégiques à la gestion minutieuse de notre profil de liquidité et des échéances de notre bilan.

Dans cet esprit, la MCB est parvenue à lever une facilité de 100 millions USD mise en place par MUFG Securities EMEA Plc le 7 juillet 2020. Cette facilité sera utilisée pour nos besoins généraux et aussi réaliser nos ambitions stratégiques et financières, notamment en Afrique. Le succès de cette levée de fonds repose une fois de plus sur nos fondamentaux solides, notre réputation, notre résilience et notre capacité de gestion du risque. Cela montre que nous continuons d'attirer le soutien des banques internationales et met en évidence la capacité de la MCB à concrétiser des transactions transfrontalières complexes malgré les conditions difficiles du marché.

Qui sont vos principaux clients et leur profil a-t-il changé récemment ?

Au fil du temps, la MCB a su répondre aux besoins de plus en plus sophistiqués et spécialisés de ses clients locaux et étrangers en élargissant et diversifiant progressivement sa gamme de services aux particuliers, aux entreprises et aux clients institutionnels. À Maurice, outre le fait d’offrir nos services aux petites, moyennes et grandes entreprises de tous les secteurs, nous accompagnons les entreprises, fonds, fiducies et fondations du Global Business, ainsi que d'autres entités utilisant le Centre Financier International de Maurice, pour se développer ou investir à l'étranger, notamment en Afrique.

Nous proposons également des solutions aux institutions financières, aux sociétés de capital-investissement, aux sociétés d'investissement et de gestion d'actifs et aux organismes gouvernementaux. En ce qui concerne les particuliers, nous proposons nos services aux clients de masse, à ceux plus aisés, aux segments juniors, jeunes et jeunes professionnels. Nous intervenons aussi auprès des particuliers fortunés résidents et non-résidents (ex. professionnels, cadres, entrepreneurs et hommes d'affaires), les tiers gérants, y compris les intermédiaires financiers tels que les fiduciaires et les conseillers financiers.

Par ailleurs, la MCB répond aux besoins de divers segments de clientèle en Afrique subsaharienne et au-delà. Nous proposons nos services aux entités dans les domaines de l'énergie et des matières premières, notamment les négociants, les raffineries, etc., tout en étant impliqués à travers le financement tout au long de la chaine de valeur. Nous proposons des financements structurés aux entités investissant dans une gamme de secteurs dans lesquels nous avons développé une expertise stratégique.

Pour renforcer son statut en tant que partenaire solide en Afrique, la MCB vise à passer du statut de banque participante à celui d’arrangeur principal pour des transactions dédiées. Via nos initiatives et engagements de syndication, nous cherchons à combler le fossé entre le besoin croissant de financement sur le continent et les institutions désireuses de contribuer à son développement. Notre initiative « Banque des banques », a pour but de fournir des solutions stratégiques et opérationnelles adaptées afin d’aider les institutions financières, notamment en Afrique, à répondre à leurs impératifs de croissance et de renforcement de leurs capacités.