BEYOND NUMBERS

Covercraft : L’envol du garnisseur

Covercraft : L’envol du garnisseur

Covercraft recouvre les sièges des avions d’Air Mauritius depuis 25 ans. La compagnie produit aussi des chaises de bureau, des sièges d’amphithéâtre et des sofas.

La prochaine fois que vous monterez à bord d’un appareil d’Air Mauritius, jetez un coup d’œil à votre siège avant de vous asseoir. Portez une attention particulière à sa housse.

Elle raconterait toute une histoire, cette housse, si elle pouvait parler. D’abord, qu’elle est « made in Moris », à Belle-Rose plus précisément. Pour certaines d’entre elles, du moins. D’autres sont fabriquées chez elles par des employées de Covercraft Ltd. Cette flexibilité du travail est la marque d’Uttam Ramcharan, fondateur et directeur de Covercraft (voir hors-texte). C’est, dit-il, en innovant et en suivant les tendances du marché, de même que la manière de fonctionner de ses employés, que son entreprise de 30 ans a pu non seulement évoluer, mais aussi rester pertinente.

L’histoire de Covercraft commence en 1989, alors qu’Uttam est en HSC. Le Lions Club de Port-Louis lance un concours adressé aux élèves des établissements secondaires pour promouvoir la recherche en vue de la création d’entreprises à Maurice.

Uttam et quatre de ses amis remportent le premier prix avec une idée dans l’air du temps. En 1989, de plus en plus de ménages commencent enfi n à pouvoir s’offrir une voiture — un luxe à l’époque. Or, les sièges, n’étant pas recouverts, sont extrêmement salissants. Ils se proposent donc de fabriquer des housses pour les sièges de voitures.

L’équipe gagnante soumet la même idée à un concours international de la CONFEJES pour jeunes entrepreneurs des pays francophones et remporte à nouveau le premier prix.

C’est ainsi que naît la première incarnation de Covercraft, grâce notamment à l’aide financière de la CONFEJES, à la prime obtenue du Lions Club, ainsi qu’à des prêts de la MCB et de la Banque de Développement.

Mais très vite, les amis d’Uttam délaisseront l’entreprise pour d’autres intérêts. Lui y croit tellement qu’il continue de s’en occuper parallèlement à ses études de comptabilité. Les premières années, nous confie-t-il, n’ont pas été faciles. La petite entreprise a du mal à se faire connaître et les commandes ne courent pas les rues.

Et puis, en 1993, vient le jackpot. En série de trois.

Un client approche l’entreprise pour la réparation et le garnissage de quelques sièges et coussins. « Je finis par comprendre qu’il s’agissait des sièges du théâtre du Plaza », raconte le businessman, qui arrive à convaincre le client de lui confier toute la commande. Encouragé par ce premier succès, un employé va lui suggérer de se mettre à la production de sofas. Ils contactent donc Mammouth — aujourd’hui Courts-Mammouth — et lui proposent l’idée. Covercraf sort de la réunion avec une commande ferme : 60 sets de sofas à être produits en deux mois !

L’entreprise est dorénavant sur une pente ascendante. Quelques mois plus tard, c’est la compagnie nationale d’aviation qui frappe à sa porte. Air Mauritius est à la recherche d’un fournisseur de housses de qualité pour recouvrir ses sièges d’avions !

Covercraft se soumet à tout un processus d’appel d’offres compliqué en 1994 afin de décrocher le contrat. Vingt-cinq ans plus tard, l’entreprise fabrique toujours des housses pour Air Mauritius.

Et cette compagnie qui a vu le jour parce que ses fondateurs voulaient fabriquer des housses de sièges de voitures, n’en fabrique pratiquement plus maintenant.

L’attitude des gens, surtout des jeunes, envers les voitures, a changé. Et c’est à nous, entrepreneurs, d’évoluer avec notre temps et de nous adapter. Sinon, c’est la clé sous le paillasson, conclut Uttam.

L’HISTOIRE DE COVERCRAFT COMMENCE EN 1989, QUAND LE LIONS CLUB DE PORT LOUIS LANCE UN CONCOURS QUI S’ADRESSE AUX ÉLÈVES DES ÉCOLES SECONDAIRES ET QUI VEUT PROMOUVOIR LA RECHERCHE EN VUE DE LA CRÉATION D’ENTREPRISES À MAURICE.