BEYOND NUMBERS

L’étude Lokal Rebound en sept mots clés

L’étude Lokal Rebound en sept mots clés

Rebondir face à la crise demandera un nouvel état d’esprit, une nouvelle manière de faire les choses. La philosophie du rapport Lokal Rebound est de partir de ce que nous savons déjà faire pour créer d’autres filières et donc, étendre notre réseau de production. Voici ce qu’il faut savoir sur ce rapport en sept points.

1. Collaboration
Le Lokal Rebound repose sur l’idée de « coopétition », un terme nouveau qui désigne l’acte de coopération entre des entreprises en compétition. Le but est de réaliser des bénéfices en regroupant, entre autres, leurs achats – que ce soit en termes de matières premières ou autres ressources.
Consulter le rapport

2. Optimisation
La fabrication de produits « parentés » présente plusieurs similitudes, en particulier dans le secteur du textile, mais aussi dans ceux du papier-carton et de la chimie (fabrication de peintures, détergents, emballages en papier, articles sanitaires, produits pharmaceutiques, etc.). Pour optimiser les synergies, il faudrait que les entreprises se regroupent et mettent en commun leurs outils de production, leurs processus de fabrication, ou encore leurs savoir-faire afin de favoriser l’innovation. Les coproduits ou déchets peuvent aussi être réutilisés comme matière première pour d’autres produits.
Consulter le rapport

3. Mutualisation
La mutualisation requiert le regroupement des usines impliquées dans la fabrication de produits de la même famille sur un même site. Au-delà des économies que réaliseront ces entreprises une fois les achats regroupés, par exemple, l’attrait de la mutualisation réside surtout dans l’émergence d’un espace de recherche et de développement (R&D) afin d’identifier de nouveaux secteurs, de même que l’amélioration continue.
Consulter le rapport

4. Sophistication
La production locale, même destinée à l’importation, reste peu complexe et sans forte valeur ajoutée. Elle est aussi, surtout dans le secteur du textile, antinomique aux bonnes pratiques (forte utilisation d’eau et d’électricité, matières premières avec une forte empreinte carbone, etc.). Cette production a des conséquences non seulement sur l’environnement, mais aussi sur la santé des hommes et des femmes qui travaillent dans cette industrie.
Consulter le rapport

5. Diversification
Diversifier la production ne veut pas dire partir d’une page blanche ; il s’agit ici d’effectuer un « saut productif » à partir de similarités existantes dans la fabrication de produits (mêmes procédés, mêmes matières premières ou même savoir-faire) pour réaliser quelque chose de complètement diffèrent, un produit plus « complexe », soit pour l’exportation ou pour le marché local. Par exemple, les textiles non tissés, dont la production est abondante à Maurice, peuvent servir d’intrants à la production de textiles techniques et industriels (textile utilisé à des fins utilitaires, par exemple dans le secteur médical [masques jetables] et dans la construction [filtration]).
Voir l’infographie

6. Synergies
Qui dit synergie, dit rapprochement. L’industrie du textile, l’un des piliers de l’économie, présente une fois encore un potentiel intéressant en termes d’optimisation de la gestion des ressources et de réduction de l’empreinte environnementale du processus de fabrication. Les synergies devraient aussi stimuler l’innovation.
L’ennoblissement textile se réfère aux différentes étapes de finition qui donnent la valeur ajoutée aux produits textiles en les modifiant pendant et/ou après la fabrication de l’étoffe ou du vêtement. Cela représente une belle opportunité de renforcement de synergies – ou même de création de synergies variées !
Il existe aussi beaucoup de synergies à explorer dans les secteurs de la chimie et du papier-carton.
Voir les infographies

7. Hubs d’innovation
L’innovation doit être au centre de la stratégie économique pour être une réussite. Gardant comme base les parentés de fabrication, il faut sortir des sentiers battus et réfléchir en termes de hubs d’innovation. Un hub d’innovation consiste à rassembler sur un même site une diversité de compétences-métier pouvant être réutilisées et « upcyclées » pour concevoir de nouveaux produits et services.
Consulter le rapport